Le bio sera bientôt obligatoire à la cantine

Le bio sera bientôt obligatoire à la cantine

La proposition de loi « égalité et citoyenneté » va faire l’objet d’un vote au Sénat prochainement. Parmi les amendements qui vont être votés, il y aura l’obligation pour les restaurants d’entreprises de proposer des produits locaux et bio dans leurs menus. Comment faire face dès maintenant ?

Applicable d’ici 2020…

Cette loi « égalité et citoyenneté » a déjà été adoptée par l’Assemblée nationale en décembre 2016. Ce sera au tour du Sénat de l’examiner dans les semaines à venir. Elle est composée de deux principaux amendements, introduits par la députée EELV de la Dordogne, Brigitte Allain.

L’enjeu de cette loi, c’est d’exiger que 40 % des produits utilisés par les cantines soient durables, et que 20 % d’entre eux soient bio. Un texte qui serait applicable d’ici 2020, aussi bien pour les cantines scolaires que pour les restaurants d’entreprise. La responsabilité sociale et environnementale des entreprises (RSE) devra aussi tenir compte de l’alimentation durable du personnel.

D’après Amandine Lebreton Garnier, de la fondation Nicolas-Hulot, les produits qui composent les menus des cantines et des restaurants d’entreprise ne sont pas inoffensifs. C’est pourquoi il est important d’y exiger un peu de qualité.

En attendant l’adoption et la mise en application de cette loi, les professionnels de la restauration peuvent déjà se mettre à l’action pour voir ce qu’il en est. En effet, pourquoi ne pas changer de menus dès maintenant pour avoir plus de marge de manœuvres ?

… pour les contrats passés à partir du 1er janvier 2020 ?

Oui, c’est le seul bémol de cette loi : seuls les professionnels qui signent un contrat de restauration collective à partir du 1er janvier 2020 sont tenus de se conformer à ce texte. Les cantines ayant un contrat en cours en ce moment ne sont donc pas obligées de s’y mettre ?

En tout cas, on espère qu’elles vont toutes faire l’effort de suivre cette loi, pour le bien des enfants et des salariés. De toute façon, elles vont devoir renouveler leur contrat tôt ou tard ! A ce moment-là, elles seront soumises à cette loi. Alors, pourquoi ne pas prendre de l’expérience dès maintenant ?

Le Sénat pourrait ne pas adopter cette loi

Cette proposition de loi était déjà passée au Sénat en octobre dernier, et les sénateurs l’ont refusée. Heureusement il y avait l’Assemblée nationale qui l’a bien adoptée à l’unanimité. Le texte va donc de nouveau soumis à l’approbation des sénateurs, qui auront le droit de voter pour ou contre.

Toutefois, quel que soit le résultat du vote des sénateurs, on peut dire que la loi est déjà presque adoptée définitivement. En effet, le Sénat aurait beau la refuser une nouvelle fois, la loi passera toujours en lecture définitive à l’Assemblée nationale. Et comme cette dernière est tout à fait pour, on pourrait dire que l’affaire est déjà gagnée d’avance.

Un outil d’aide est mis à disposition des professionnels

Selon ceux qui s’y sont déjà mis, composer le menu avec des produits locaux et bio n’est nécessairement pas plus coûteux. C’est le cas justement d’une cantine à Mouans Sartoux près de Grasse. Dans cet établissement, le contenu des assiettes des enfants est entièrement bio, composé de fruits et de légumes, et pauvre en matière grasse.

Pour y arriver, il faudra revoir les menus et changer les façons de s’approvisionner en produits. Bien sûr, c’est plus facile à dire qu’à faire. C’est pourquoi la fondation Nicolas-Hulot a décidé de créer un outil d’aide, concocté avec la filière de la restauration collective Restau’Co.

Il s’agit de l’outil « Mon restau responsable », accessible aux producteurs, aux distributeurs de produits, aux parents d’élèves et aux consommateurs. Sur ce site, tous les acteurs et les concernés par la restauration d’entreprise et la cantine peuvent se conseiller et se partager leurs expériences.

Les consommateurs ont aussi leur part de responsabilité

Le restaurant du personnel du ministère de l’Agriculture s’est déjà lancé dans le changement vers la fin de l’année 2016. L’établissement s’est engagé à utiliser beaucoup plus de produits français, saisonniers et bio. La cantine va même plus loin : elle va cuisiner à basse température et laver la vaisselle de façon éco-responsable.

En revanche, le restaurant demande à ce que les consommateurs évitent de gaspiller inutilement le contenu de leurs assiettes.


Avis Le bio sera bientôt obligatoire à la cantine :